Foire aux questions

Pourquoi un Cadre de travail sur la santé pulmonaire? Individuellement ou collectivement, chaque personne vivant au Canada est touchée par la maladie respiratoire, qui affecte notre qualité de vie de plusieurs façons. Les personnes atteintes d’une maladie respiratoire sont confrontées à des obstacles physiques, émotionnels et même financiers, comme le coût croissant des traitements, la perte de leur capacité de travailler, une mobilité réduite et souvent la diminution de leur autonomie et de leur qualité de vie.
 
Qu’est-ce que le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire?
Le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire est la réponse coordonnée du Canada aux défis complexes que soulève la maladie respiratoire. C’est une collaboration entre des chercheurs, des professionnels de la santé et des organismes non gouvernementaux des domaines de la santé et de l’environnement, engagés à la vision collective d’une excellente santé pulmonaire pour tous.
 
Qui est affecté par la maladie pulmonaire?
À l’heure actuelle, les maladies pulmonaires :
  • touchent un-e Canadien-ne sur cinq (six millions au total)
  • la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est la principale cause de décès parmi les Canadien-nes
  • sont la principale cause d’hospitalisation d’enfants de 1 à 9 ans
  • sont la principale cause d’hospitalisations répétées parmi tous les groupes d’âge, dépassant l’angine dans une proportion de 2 pour 1
  • sont la principale cause d’invalidité de courte durée.
 
Quels sont les impacts de maladies pulmonaires spécifiques?
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Canada a l’un des taux d’asthme les plus élevés au monde. Au total, 2,5 millions de Canadien-nes sont atteints d’asthme.
  • Plus de personnes mourront cette année d’un cancer du poumon que de tout autre type de cancer, y compris les cancers du sein, de la prostate et du côlon réunis.
  • Depuis 2005, le taux de MPOC parmi les femmes augmente à un rythme deux fois plus rapide que celui du cancer du sein. La MPOC (emphysème/bronchite chronique) affecte présentement 4,8 % des femmes canadiennes.
  • Le taux de tuberculose parmi les communautés autochtones est de plus de 25 fois supérieur à celui du reste de la population née au Canada.
  • Le taux de MPOC parmi les Autochtones hors réserve de plus de 35 ans est pratiquement deux fois supérieur à celui des autres Canadiens du même groupe d’âge.
 
Comment le fardeau de la maladie pulmonaire affecte-t-il l’économie?
  • Les coûts des soins de courte durée pour les maladies pulmonaires dépassent ceux de tous les autres domaines de maladie, sauf un. En 2004-2005, ils s’élevaient à 1,65 milliard $.
  • Les coûts pour l’économie canadienne sont considérables; ils sont estimés au bas mot à 15 milliards $ par année.
  • Les affections pulmonaires représentent 10 % du fardeau total des maladies importantes.
 
Pourquoi le Cadre de travail se concentre-t-il sur la santé pulmonaire?  
La maladie pulmonaire a un impact considérable sur les Canadien-nes. Par conséquent, un point de mire spécifique sur les maladies pulmonaires (plutôt que sur une combinaison de maladies chroniques), dans le Cadre de travail, permet de comprendre :
  • ce qui existe en termes de programmes, services, tendances, etc.;
  • les lacunes et les moyens d’y remédier; et
  • si nous sommes efficaces dans la réponse à la maladie pulmonaire.
En s’appuyant sur ces faits, le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire peut identifier des enjeux communs, comme la prévention et la comorbidité, et déterminer quelles approches sont plus efficaces dans le travail en alignement sur des stratégies relatives à d’autres maladies.
 
Quel est le rôle du gouvernement fédéral dans le Cadre de travail?
Le Gouvernement du Canada est un important partenaire du Cadre de travail. En avril 2009, il a démontré son engagement en annonçant un investissement initial de 10 millions $ sur trois ans (2009-2012) dans des initiatives de santé respiratoire.
La première phase aidera le Cadre de travail à aborder deux priorités :
  • i) évaluations préliminaires des besoins d’initiatives de sensibilisation du public, parmi des populations à risque élevé; et
  • ii) programmes de sensibilisation à propos de l’asthme chez les enfants d’âge scolaire, identifiant et répliquant des modèles fructueux.
Ces priorités répondent à des lacunes identifiées lors de la phase de planification du Cadre de travail.
 
Comment le Cadre de travail a-t-il été développé?
Depuis plusieurs années, la communauté des soins respiratoires cherche des moyens de collaborer et de développer une réponse intégrée pour améliorer la santé respiratoire au Canada. Pour ce faire, une diversité de dépositaires d’enjeux (plus de 500) de tous les secteurs et régions du pays ont reconnu l’urgence de la situation et collaboré à développer le Cadre de travail, sous la supervision d’un Comité directeur intérimaire bénévole et avec l’appui de l’Association pulmonaire et du Gouvernement du Canada.
 
Quel est le rôle de l’Association pulmonaire dans le Cadre de travail?
Lors de la rencontre initiale d’avril 2006, les dépositaires d’enjeux ont choisi l’Association pulmonaire pour diriger le Cadre de travail. Depuis, elle fournit un soutien administratif et de gestion au Secrétariat du Partenariat, pour le développement et la mise en œuvre continue du Cadre de travail. Pour plus d’information sur le Cadre de travail national sur la santé pulmonaire, veuillez communiquer avec le Secrétariat du Partenariat à framework@lung.ca.