À noter

Analyse des risques liés aux coûts des maladies pulmonaires chroniques au Canada

 
Les trois principales maladies pulmonaires chroniques le cancer du poumon, l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique imposent un lourd tribut sur les plans financier et humain. On estime que leur fardeau économique dépassera 24 milliards de dollars d’ici 2030 à cause, entre autres, de l’accroissement du nombre de Canadiens âgés ces vingt prochaines années. Le Conference Board du Canada a mené une étude dans laquelle il établit des prévisions sur les taux de prévalence de ces maladies respiratoires, ainsi que leur fardeau économique, sur une période de vingt ans, de 2010 à 2030. S’appuyant sur une recherche de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les avis d’un certain nombre d’experts externes et d’autres sources d’information, les auteurs y comparent un scénario de référence, où les décideurs ne prennent aucune mesure supplémentaire pour prévenir ou modifier les facteurs de risque, et un scénario où ils adoptent une série d’interventions. Leur analyse montre clairement les économies qui découleraient du dernier scénario par opposition au premier.

 

 

 

Enquête publié dans la Revue canadienne de pneumologie

La Revue canadienne de pneumologie a récemment publié les résultats de l’enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, “Awareness of risk factors among persons at risk for lung cancer, chronic obstructive pulmonary disease and sleep apnea” (S. Walker, D.L. Saltman, R. Colucci, L. Martin).
 
Cette enquête a reçu un financement de la Phase I du Programme sur la santé pulmonaire, et a été dirigée par l'Association pulmonaire du Canada. Un résumé est disponible (en anglais) dans l’édition novembre / décembre 2010 de la Revue canadienne de pneumologie : volume 17 (6): 287-294.
 

 

Le gouvernement du Canada contribuera aux efforts de lutte contre la tuberculose au Nunavut

Le gouvernement du Canada a annoncé un soutien financier de 800 000 $ pour Taima tuberculose, une initiative en partenariat avec le gouvernement du Nunavut pour contribuer à éliminer la tuberculose au Nunavut.
 
Les principales activités de Taima tuberculose, qui signifie Halte à la tuberculose en inuktitut, incluent un service porte-à-porte pour diagnostiquer et traiter les cas de tuberculose latente et pour fournir aux patients de l’information sur la meilleure façon de gérer leur maladie. Au nombre des principaux partenaires, citons le Dr Gonzalo Alvarez, spécialiste des troubles respiratoires pour le Nunavut actuellement affilié à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa de l’Université d’Ottawa, Nunavut Tunngavik inc., Inuit Tapiriit Kanatami, l’Organisation nationale de la santé autochtone et l’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick.
 
L’Agence de la santé publique du Canada a travaillé avec des intervenants depuis 2006 pour l’élaboration du Cadre de travail national sur la santé pulmonaire, un plan d’action stratégique visant à améliorer la santé pulmonaire des Canadiens. L’investissement dans Taima tuberculose est un élément important de ces efforts.